IN&acT a testé pour vous : VoyR, le réseau voyeuriste mobile

VoyR - Logo

Lorsque les réseaux sociaux et les géants de l’informatique brident nos envies coquines, la réaction se fait sentir. S’il y a quelques années sont apparus des « stores » alternatifs pleins d’applications « porn » and sex, c’est aujourd’hui un tout nouveau type d’application mobile que j’ai eu entre les mains : le réseau social voyeuriste anonyme VoyR.

De la censure à la liberation

Régulièrement, les géants censurent des applications (chez Apple en 2009) et les réseaux sociaux des paires de seins ou des tableaux qui gênent. Face à cette pudibonderie, l’industrie « Sex and porn » avait joué la carte de la compatibilité navigateur mobile. Ainsi, la censure de leur produit devint plus complexe pour les sociétés informatique. Les utilisateurs de Facebook, quant à eux, se rebellent via des Hashtag et des recours en justice, en France et Islande par exemple. Bref, les lignes bougent.

Aujourd’hui, c’est une tout autre application (maltraitée par Google et les règles de son store) qui vient bousculer notre façon d’utiliser le réseau et nos mobiles. Longtemps mis de côté de nos vies sexuelles, le mobile n’était qu’un outil de consommation d’érotisme et de sexe. VoyR (par la team déjà connue de BonjourMadame) propose de le remettre au centre d’un fétichisme répandu : le voyeurisme. Quoi de mieux que l’anonymat, la distance et le secret de nos téléphones pour faire vivre cette envie qu’est le voyeurisme ? La promesse de VoyR serait de nous offrir tout ça.

Fatigués de la censure sur Facebook, Instagram ou Secret, nous avons pensé une plateforme 100% anonyme, sans risque et totalement débarrassée des interdits. – VoyR

Des bites, des chattes et de jolis fils de discussion

Première étape : Se fournir l’application. Ne lancez pas le Play Store sur Google et ne pensez pas y avoir accès chez Apple, elle n’est disponible que depuis le site web de VoyR et uniquement pour Android. Ils l’expliquent d’ailleurs très bien :

Après avoir été banni 3 fois de Google Play, nous avons décidé de prendre notre envol et de proposer VOY’R, l’application interdite, sans intermédiaire. – VoyR

Bien vous voilà sur la page d’accueil, l’une des deux pages qui composent l’application. A portée de doigts, des photos floutées de sexe et de cul avec de petits textes les accompagnant. Un clic sur cette bite qui vous fascine déjà et la photo devient claire comme de l’eau de roche.
Vous avez aimé cette photo ? Dites-le, « likez » la.

2015-04-04 14.50.40
la page principale, le flux de photo 😉

Ce flux est terriblement efficace et très vite on se prend à défiler pour remonter le fil des photos et discussions coquines. Dans le pur esprit de l’anonymat, on se permet de se rincer l’œil sur le sexe d’inconnus. On passe son temps parmi les posts pour trouver LA photo qui nous donnera l’impulsion et nous fera mouiller/bander.

En plus de vous fournir du matos pour laisser vos désirs s’animer, ici, on vous raconte des histoires. Des couples d’un soir se forment et tout le monde se chauffe dans la joie et la bonne humeur. Mindy, par exemple, commence par deux doigts, ce qui d’après la photo de ce sexe qui ne bande pas, n’est pas suffisant. Et, rien que pour ce beau sexe, elle en mettra plus. Bref, on sociabilise nos plaisirs solitaires et on partage nos états et fantasmes.

Et si on participait nous aussi…

C’est à mon tour de sauter dans le grand bain. Deuxième vue de l’application, le partage. C’est simple ! Petite photo rapide, on recadre, on ajoute le texte et c’est parti.

J’ai eu peur que la photo se synchronise avec la galerie Android et par extension Google+ mais pas du tout. Une fois envoyée, il n’y a plus aucune trace. Pour l’instant, je ne fais pas beaucoup de likes mais j’apprécie la communauté. On se sent vite accepté et ça c’est cool.

Un bel essai à transformer

Le premier bémol vient du fait que je sois un homme. On est un peu entre bites par ici. Une photo de femme monte facilement à 40, voire 60 likes aux bonnes heures, là où un homme montera difficilement au delà du 7. La communauté est encore inégale. Je dirais qu’une ouverture de la part des stores et une ouverture sur iOS permettrait de faire vivre ce simple flux, mais pour cela il faudra attendre que les boîtes américaines acceptent les adultes sur leurs plateformes.

Un autre regret : l’application génère des notifications régulièrement dans la journée vous incitant à aller voir les nouveautés. Ça fait un peu tache entre les mails et la musique dans ma barre de notif. En plus, je sais que l’appli est là et j’aimerai bien qu’elle reste à sa place, celle du fantasme et de l’amusement à des moments précis de ma journée.

De plus, l’appli est jeune et certaines fonctions ne sont pas encore au rendez-vous. J’aurai par exemple voulu lier une photo comme réponse et je ne peux pas le faire. Si les hashtags sont courants pour suivre une discussion, ils ne sont pas implémentés et il m’a fallu souvent remonter le fil d’actu pour suivre des histoires.

Conclusion

Une très bonne appli, j’y ai passé du temps et j’y ai vraiment pris du plaisir. Je ne pensais pas un jour utiliser mon téléphone comme ça, ni même avoir des pensées cochonnes en checkant mes mails et pourtant c’est bien ce qui arrive. Je me suis pris à l’utiliser discrètement un peu partout et tout le temps.

Elle mérite cependant plus de développement pour en faire un outil masturbatoire et de fantasme puissant et peut-être aussi la reconnaissance de Google et Apple pour avoir une place parmi les Calendars et autres Doodle Jump.

Bref, feed the beast ! Je veux en voir plus et plus souvent !

Have fun 😉

Articles récents

flower Écrit par :

Passionné d'informatique depuis mon plus jeune age, je navigue entre les blogs sexo et les dernières news javascript. Toujours en quête de la dernière appli et de nouvelles rencontres, j'écume le web sexo pour trouver mon bonheur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *