Hold the « back » door.

« La sodomie c’est un truc de gay, bla bla » … « Les mecs ils font ça que pour nous dominer », « Non moi je ne fais pas ça, je suis une meuf qui se respecte », « je suis trop prude pour ces conneries ». On a grave kiffé tous vos commentaires et on se retrouve aujourd’hui pour le troisième article de notre sulfureuse série sur la sodomie.
Parce qu’une meuf qui se fait prendre par le cul est une meuf qui se respecte, parce que l’on sait que vous en avez grave envie, parce que la sodomie n’est pas qu’un fantasme de mec : voici nos conseils et témoignages sur la sodomie féminine.

Avant de passer à la pratique, un peu de théorie. Ouais parce que l’on vous connaît, vous avez lu deux témoignages sur la sodomie et vous vous prenez déjà pour des experts, n’est-ce pas Aldrik .  Bref, trucs et astuces pour une sodomie sans douleur.

1 – « T’en as envie ou pas ? »:

On le répétera jamais assez, mais la base de la base avant toute relation sexuelle c’est le consentement. Assurez vous que votre partenaire en ait (vraiment) envie.

2 – Ne foncez pas dans le tas comme un bourrin :

Vous n’êtes pas au Rugby, hors de question de casser les préliminaires pour vous frayer un passage dans le trou sacré. Les prélimimi (j’aime donner des surnoms mignons aux trucs déjà trop mignons) sont un passage important et quasi obligatoire dans la sodomie. C’est le moment pour vous de détendre votre partenaire, des caresses, des baisers ou même un doigt pendant l’acte peuvent servir à amener les choses tendrement.

Par ailleurs, il est strictement interdit (vous risquez de brûler en enfer) de passer d’une pratique vaginale à une pratique anale sans changer de préservatif et inversement. En ce moment on vous explique comment pimenter votre vie sexuelle, mais une des missions d’IN&acT et de ce site est aussi la prévention (moment tue-l’amour dans 1, 2, 3 …). Vous n’avez pas envie de refiler une infection à votre partenaire alors faites attention !

3 – Le lubrifiant, votre nouveau meilleur ami.

L’anus n’est pas une zone naturellement lubrifiée, faites pas les radins et assurez vous de bien « hydrater » avant d’y pénétrer. Cependant, lubrifier n’est pas jouer, vous devez y aller doucement au début et surtout bien écouter votre partenaire. Vous risquez de lui faire mal ou pire… une rupture du frein. En résumé : tendresse, délicatesse et lenteur !

4 – L’après ..

Le tour est joué, vous avez pris du plaisir et il ou elle aussi, c’est le moment pour vous de vous retirer. Évitez de sortir brutalement, le rectum est une zone extrêmement sensible, surtout après orgasme.

Bon après la petite leçon, passons aux témoignages. Cette semaine on vous a dégoté du lourd, du très lourd. Messieurs, le premier témoignage est pour vous .

Témoin N° 1221318:

Je suis une fille et je pratique la sodomie en tant qu’active (ou pegging pour ceux qui ne traîneraient pas encore assez sur internet). En matière de sexe, j’ai toujours été fan du renversement de rôle, des jeux autour du rapport dominant/dominé… et en prolongement de ça j’ai « découvert » la sodomie.

Bon alors déjà, un mec qui accepte de se faire pénétrer par une nana, ça peut paraître exceptionnel mais c’est loin d’être le cas. Et non, soyons bien clairs, un homme qui a envie de se  faire sodomiser par une fille n’est pas secrètement gay. Il n’y a aucun lien entre type de pratique sexuelle et orientation. Cher lecteur, si tu es de sexe masculin et curieux à ce sujet, pas de remise en question, ça ne change rien à ta sexualité ou ta virilité ! Il y a des mecs qui aiment simplement les sensations au niveau de la prostate, d’autres qui adorent juste l’idée de se faire « prendre » ou encore  ceux qui veulent échanger les rôles pour un soir. Bref tout plein de bonnes raisons !

Quant à moi pourquoi j’aime ça ? Et bien déjà j’aime donner  du plaisir à mes partenaires, et un orgasme anal peut être particulièrement intense et du coup très satisfaisant à procurer ! Mais surtout, égoïstement, j’adore le fait de  pénétrer quelqu’un. Et même si ça se fait à travers un intermédiaire de silicone ou de latex, la stimulation mentale est telle que c’est indéniablement excitant pour moi aussi. Et puis, c’est très intéressant de se retrouver dans la position « typiquement » masculine, et de renverser son point de vue. D’ailleurs à ce propos, ma première sodomie m’a enfin permis de  comprendre l’obsession cliché pour la levrette, l’angle de vue est juste …. wahouuuu !

Au niveau de l’acte en lui-même je ne vais pas rentrer dans les détails trop techniques, qui seront présentés dans un autre  article. L’important est bien sûr d’être sûr/e que le/la partenaire en a envie. Généralement je trouve que chacun indique ce dont il a envie par le langage corporel (plus ou moins subtilement ^^) mais pour quelque chose qui peut être aussi surprenant ça vaut le coup d’avoir une confirmation orale. Ensuite c’est bien sûr important d’y aller trèèèèès doucement, idéalement commencer avec  un doigt et en ne radinant pas sur le lubrifiant et bien attendre que la personne se relaxe avant de passer à autre chose. Bonus point si vous arrivez à trouver la prostate avec le doigt, mais attention avant d’insister, il y en a qui trouvent ça trop intense.

Sinon le souci en utilisant un objet  c’est que c’est assez  déroutant de n’avoir aucune sensation, notamment au niveau de l’angle ou de la profondeur, ou même pour être sûr d’être vraiment à l’intérieur (et oui j’ai déjà du passer plusieurs bonnes dizaines de secondes à donner des coups de rein dans le vide, le ridicule ne tue fort heureusement pas). Du coup c’est plus simple de commencer avec quelque chose tenu à la main (attention, on enfonce pas trop profond, vous n’avez aucune envie d’être la dernière anecdote de la salle de garde aux urgences) qu’avec un truc type gode-ceinture.

Bref un peu de préparation, quelques précautions et ça peut être une super expérience pour pénétrant/e – pénétré/e.

Vous venez de découvrir une nouvelle technique de marchandage les filles . Plus sérieusement, messieurs n’hésitez pas à passer le cap, vous voulez que votre partenaire se donne à vous, n’hésitez pas à vous donnez en retour.

Pour le prochain témoignage, on change un peu le format, voici le questions/réponses d’une femme dans une relation hétérosexuel.

Aline : Qu’est ce qui t’a pousser à t’essayer à la sodomie ?
Mathilde (on l’appellera Mathilde, j’aime bien ce prénom) : je suis en couple avec J depuis quelques années, nous sommes arrivés à une étape de la relation ou il avait envie de varier. Il a parlé de sodomie et au départ j’étais pas du tout chaude.  Je suis croyante et c’était pas mon délire, enfin le cul s’est fait pour chier par pour ça. J’ai mis à peu près un an pour changer d’avis, il nous fallait vraiment du changement.
A: Tu as ressenti quoi ? Genre ça s’est bien passé du premier coup ?
M: Non, (rires) c’était violent et douloureux la première fois. En fait, on s’est décidés sur un coup de tête, sans se renseigner. Je sais pas dans quel film il s’est cru mais il est rentré comme un malade. J’ai pas du tout aimé, ça m’a tellement refroidie que l’on a rien fait après.
A: Vous avez ré-essayé ?
M: je n’aime pas rester sur des échecs. J’ai lu quelques articles et c’était reparti. La seconde fois, il était plus calme, plus lent. C’était vraiment tendre et j’étais détendue (un peu défoncée, mais détendue). Les prélimimi ont duré assez longtemps, il a fait plusieurs tentatives d’entrée, puis il est entré, doucement au début puis plus rapidement. Pas comme dans les films ou le mec te rentre dedans comme un couteau dans du beurre. Déjà de base, on baise pas comme dans les pornos, c’est n’importe quoi !
A: Maintenant plutôt vaginale ou anale ?
M: (rires)  De toutes façon je l’ai déjà dis, j’adore l’orgasme anale. C’est tellement différent, j’ai l’impression que tout est décuplé par là. J’ai plus souvent d’orgasme anale, je pense que j’y arrive plus facilement par là. Mais toutes les femmes sont différentes, j’essaie de varier les positions mais je pratique plus souvent la pénétration anale que vaginale. On est tous les deux satisfaits, surtout lui (rires).
A: Tu as déjà pensé à changer de position ?
M: c’est à dire ? On change souvent de position, j’aime bien la cuillère… J’ai pas compris ta question.
A: je reformule, as tu déjà pensé à être active plutôt que passive avec J ?
M: faudrait déjà le convaincre, j’ai la flemme. Ça me dérange pas d’être passive, je vois même pas quel plaisir j’en retirerais. Non ça m’intéresse pas, après je suis pas totalement fermée, s’il veut que je lui explore la grotte pourquoi pas. Je vais pas dire que je le ferais jamais, façon je l’ai déjà dis et pourtant nous sommes ici aujourd’hui (rires).
A: Quelques conseils à donner ?
M: Ne jamais rester sur un échec et prendre le temps de se renseigner avant de tenter de nouvelles expériences.

On se quitte ici, à lundi pour le dernier article de notre série, n’hésitez pas à relire les autres épisodes ou à passer le cap .

D’ici là, faites l’amour et faites le bien  !

 

 

 

Articles récents

Aline Écrit par :

Prude qui se respecte, j'enquête sur vos comportements et pratiques sexuelles.

2 Comments

  1. 21/10/2016
    Reply

    Haaa pile poil à temps pour la soirée ! D’autant plus que ce soir, il va falloir que je force la porte de derrière pour rentrer …
    Votre article me rassure, j’avais peur que s’enfoncer des trucs fasse trop, « gay »,
    Je voudrais juste démentir, vous dites « Ne foncez pas dans le tas comme un bourrin :
    Vous n’êtes pas au Rugby ». Je peux vous dire qu’au rugby on faisait ça tendrement sous les douches, hors de question de faire mal à ses partenaires !
    Et pour citer Jean-Pierre Rives : « Le rugby c’est comme en amour, il faut donner avant de prendre »

  2. Bolchoi
    Bolchoi
    26/10/2016
    Reply

    Très bon article mais je pense soulever un point qui me controverse personnellement :

    « Évitez de sortir brutalement, le rectum est une zone extrêmement sensible, surtout après orgasme »

    Je n’ai jamais eu des problèmes à la sortie… Une fois que c’est dedans l’anus s’est déjà adapté. Après je dis ça de mes expériences perso, ça doit pas être pareil pour tout le monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *